Mlle Nostalgeek blog film d'horreur horror movie critique revue review Child's Play la poupée du mal 2019 jeu d'enfant Chucky avis cinéma poster
Ciné TV

Child’s Play – La Poupée du Mal (2019)

Mlle Nostalgeek blog film d'horreur horror movie critique revue review Child's Play la poupée du mal 2019 jeu d'enfant Chucky avis poster officiel cinéma

Vous vous rappelez de Chucky ? Cette série de films d’horreur centrée sur une poupée tueuse ? Après de nombreux autres reboot de films cultes, c’est au tour du célèbre Chucky de refaire surface sur le grand écran. Étant fan de films d’horreur des années 80-90, j’avais évidemment très envie de découvrir Child’s Play – La Poupée du Mal (2019). J’ai finalement sauté le pas le weekend dernier, puisque mon cinéma proposait une réduction pour ce film.

 

Les origines de Chucky :

Dans ce huitième volet, Chucky reçoit une toute nouvelle histoire d’origine. On laisse tomber les origines surnaturelles présentées dans les précédents volets pour y instaurer une histoire beaucoup moderne, bien encrée dans notre quotidien. Il ne s’agit désormais plus d’une poupée possédée par un tueur en série. Cette fois-ci, la poupée rousse n’est au départ rien de plus qu’un robot ultra connecté. Il s’agit donc d’un tout nouveau départ, sans pour autant perdre le côté comique, glauque et absurde du personnage. On y retrouve tout de même une bonne pincée de nostalgie vis-à-vis de la série d’origine. On peut y compter bon nombre de clins d’oeil à la série culte. Child’s Play – La Poupée du Mal (2019) n’hésite également pas à se servir de nombreuses références aux années 80. Les adeptes y trouveront par exemple des références aux séries cultes Halloween, Massacre à la Tronçonneuse, Poltergeist et bien d’autres.

Mlle Nostalgeek blog film d'horreur horror movie critique revue review Child's Play la poupée du mal 2019 jeu d'enfant Chucky avis cinéma poster
Chucky, critique de la société de consommation ?

Alors que l’original Child’s Play (Jeu d’enfant en vf – 1988) représentait déjà une légère critique de la société de consommation de l’époque, le reboot lui va droit au but. Cet opus confronte ainsi le spectateur à une intelligence artificielle censée apprendre en observant et en jouant. Cette poupée a pour but principal d’être le meilleur ami de son propriétaire. Ces jouets sont fabriqués par l’entreprise Kaslan, comme pratiquement tous les produits électroménager. On sent ici une critique bien présente de certaines entreprises proposant également un bon nombre de produits ultra connectés. Les pantins “Buddy” peuvent donc se connecter à tous les produits Kaslan. Vous voulez régler votre thermostat, allumer la télé, mettre en marche l’aspirateur ? Rien de plus simple grâce à Buddy et son application !

Les jouets Buddy sont évidemment programmés de sorte à leur interdire tout comportement violent, langage inapproprié, etc. C’est finalement un travailleur Kaslan exploité qui décide d’ôter toute restriction dans le comportement d’un des jouets. Ce jouet ce retrouve entre les mains d’un enfant de 13 ans, Andy Barclay. Dans la première partie du film, le spectateur découvre ainsi une intelligence artificielle qui apprend en analysant son environnement, libre d’exercer par la suite son libre arbitre. Andy et les enfants qui l’entourent rient aux éclats à la vue de films d’horreur. En observant, Chucky pense donc à un jeu. Le film questionne ainsi l’impact d’image sur un regard naïf. Lorsqu’Andy à une dent contre l’amant de sa mère, Chucky pense bien faire en voulant se débarrasser de lui. Après tout, Andy avait crié haut et fort qu’il souhaitait que l’amant de sa mère disparaisse.

On se retrouve dans une dualité qui fonctionne très bien pour ce personnage. La poupée commet ainsi des choses malgré elle. Le film donc tente de montrer au spectateur le poids que nos mots peuvent avoir. Cette critique est plus qu’actuelle lorsqu’on observe le comportement de beaucoup de gens sur les réseaux sociaux. En bref, ce film traite de nombreux thèmes d’actualité de façon plutôt convaincante.

Mlle Nostalgeek blog film d'horreur horror movie critique revue review Child's Play la poupée du mal 2019 jeu d'enfant Chucky avis cinéma poster
Mon avis :

J’ai vraiment été surpris de la première partie du film. La nouvelle histoire d’origine du pantin est digne d’un épisode de Black Mirror et aborde énormément de thèmes actuels. Le début est choquant, car très vrai, et même plutôt intelligent. On ressent même de la sympathie pour cette poupée devenue maléfique à son insu. Elle devient ce qu’elle a analysé autour d’elle. Le film essaye clairement une nouvelle approche et c’est franchement très satisfaisant. On était presque sur un film dramatique. Le fait de nous proposer un reboot de la série avait jusque là donc tout son sens. Malheureusement, la deuxième partie retombe dans le slasher traditionnel et pas vraiment bon qui plus est. On y reconnait très bien la série Chucky, mais tous les efforts de la première partie sont oubliés. On troque tout pour le sanguinolent et la violence vide de sens, et c’est vraiment dommage. C’est un peu comme si, au milieu du film, les scénaristes s’étaient dit “Oh ! Mince ! On était censé faire un film sur une poupée qui tue tout autour d’elle de façon très violente”.

Le seul problème étant que cet opus était également censé ramener la saga au grand écran. Les scènes de violence restent donc assez standards pour un slasher, pour pouvoir assurer sa diffusion dans les salles. En d’autres termes : trop slasher pour être un bon drame sanguinolent, pas assez slasher pour sortir du lot.

Et vous, vous en pensez quoi de Child’s Play – La Poupée du Mal (2019) ?

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *